DOC en française

Définition d’un pied diabétique

pied-diabetique
Scritto da Redazione
plantari per bambini

Définition d’un pied diabétique (Docteur Alain GOLDCHER)

D’un point de vu général, un pied diabétique concerne toutes les caractéristiques du pied d’un patient diabétique. En fait, il existe plusieurs types de pieds diabétiques, en fonction du type de diabète et des complications de la maladie. Le diabète est certainement la maladie la plus fréquente qui fragilise le pied.

Définition du diabète

Le diagnostic international du diabète repose sur le dosage de la glycémie, le taux de sucre dans le sang. Un taux supérieur à 7 mmol/L (1,26 g/L) lors de deux contrôles, à jeun depuis plus de 10 heures, confirme la maladie. En réalité, un taux compris entre 1,10 g/L et 1,26 g/L souvent appelé pré-diabète expose aux mêmes risques de complications avec une moindre fréquence.

On distingue deux grands types de diabète

  • le type I, d’origine immunologique, commence très tôt dans la vie et nécessite la mise rapide sous insuline
  • le type II, d’origine génétique, commence généralement après 50 ans et s’équilibre pendant une dizaine d’années par les médicaments oraux avant de devenir insulinorequérant. Il est favorisé par une mauvaise alimentation (excès de graisse et de sucre) et une sédentarité.

Les complications au pied sont identiques dans les deux types de diabète.

Surveillance d’un diabète

  • En France, les directives de la Haute Autorité de Santé (HAS) conseillent une surveillance clinique une fois par mois par un médecin généraliste, une fois par an par un cardiologue, un ophtalmologiste, un endocrinologue. Et en fonction des complications, consultation d’un néphrologue, d’un neurologue et de paramédicaux (pédicure podologue, orthésiste, podo-orthésiste).
  • Une surveillance sanguine
    • Taux de l’HbA1c (ou hémoglobine glyquée) : le pourcentage de fixation du glucose sur l’hémoglobine reflète la moyenne des glycémies sur les 2 à 3 derniers mois. La norme se situe entre 4 et 6%.
    • Bilan lipidique annuel
    • Glycémie capillaire plusieurs fois par jour en cas de traitement par insuline.
  • Une éducation répétée par tous les professionnels de santé car le diabète ne provoque aucune souffrance avant l’apparition des complications. Il faut insister sur l’alimentation pauvre en graisse saturée, en sucre rapide et sur l’arrêt du tabac.

Définition d’un diabète équilibré

Un diabète est dit équilibré si le taux d’HbA1c reste au-dessous de 6,5 % pour un diabétique relativement jeune, jusqu’à 7% pour un senior.

Même bien équilibré, des complications peuvent apparaître aux pieds. Bien sûr, le risque augmente avec l’importance du taux de cette hémoglobine, surtout au-delà de 10%.

Tout diabétique doit connaître son dernier taux d’HbA1c, le stade de sa maladie et ses complications (artérite, rétinopathie, néphropathie et neuropathie).

Complications du diabète au pied

Il existe deux sortes de complications :

Complications mineures

  • Trouble de la sudation
  • Dégradation du tissu cutané: peau fine, sèche (xérose), brillante
  • Raideurs articulaires
  • Fatigue musculaire
  • Tendinopathies
  • Enthésopathie, douleurs dans les zones d’insertion entre un os et un tissu mou (tendon, aponévrose, fibre musculaire, ligament, capsule).

Complications graves

La neuropathie : le diabète peut abimer les nerfs dits périphériques, c’est-à-dire les plus éloignés du cerveau. Les pieds sont bien sur exposés en première ligne. L’atteinte touche les terminaisons des nerfs sciatiques surtout dans leur fonction sensitive (sensibilité superficielle, profonde, proprioceptive) puis motrice (amyotrophie). La perte de sensibilité expose le pied à des blessures quotidiennes qui, faute de douleurs, ne se révèlent qu’à un stade avancé par une perte de tissu (ulcération, trou ou mal perforant) ou pire, une infection avec nécrose.

L’artérite : le diabète favorise l’encrassement et la diminution de calibre des gros vaisseaux sanguins (macroangiopathie) et des petits (microangiopathie). Il s’ensuit une mauvaise irrigation de tous les tissus du pied. L’examen annuel du fond de l’œil et du cardiologue permet de dépister des lésions à un stade débutant et d’éviter l’évolution vers des complications difficiles à traiter.

Les déformations ostéo-articulaires : des troubles statiques du pied ou plutôt morpho-stato-dynamiques apparaissent parfois. Ils sont la conséquence de la neuropathie motrice des petits muscles du pied et surtout de l’arthropathie neurogène appelé pied de Charcot.

Les infections de la peau, des os, des articulations ou des tendons sont aussi des conséquences des complications précédentes. Leur prise en charge nécessite en général une hospitalisation en milieu spécialisé. Les nombreuses bactéries résistantes aux antibiotiques rendent le traitement délicat.

Facteurs favorisants les complications

Les données des études statistiques permettent de définir plusieurs facteurs favorisant les complications.

– patients à risque :

âge supérieur à 60 ans

sexe masculin

tabagique

obése

mauvaise hygiène générale et podale (chaussures+)

diminution de l’acuité visuelle et handicap fonctionnel ne permettant pas l’autoexamen de ses pieds

niveau social et économique bas

mauvaise compliance car non compréhension de la maladie

– caractéristiques du diabète

ancienneté de plus de 10 ans

mauvais contrôle de la glycémie

pied de Charcot

antécédents d’amputation d’un orteil ou d’une partie du pied

traitement par dialyse.

(Docteur Alain GOLDCHER)

 

plantari per bambini

Lascia un commento